merge_type


Asuka Mitoriso-Orsa

Le blog RP des écrits d'Asuka


Unsplashed background img 1

1er soleil de la 1ère lune ombrale

''Il faut de longues années pour construire la confiance. Il suffit de quelques secondes pour la détruire.''

Ma très chère Cynn.

Voilà tellement longtemps que je ne t’avais pas écrit. Une quinzaine d’année, oui, en effet. Comme tu peux te l’imaginer, il s’en est passé des choses pendant toutes ces années. J’ai vécu beaucoup de hauts et de bas, beaucoup de choses heureuses, d’autre moins. Mais j’ai toujours su me relever, comme tu me l’avais si bien apprise. Et pourtant, j’ai l’impression qu’aujourd’hui, il sera très difficile pour moi d’y arriver.

Tu dois surement te demander pourquoi je t’écris après tant d’années, n’est-ce-pas. La réponse est assez simple. Je t’écris pour m’excusez auprès de toi…

Je m’excuse pour avoir brisé les nombreuses promesses que je t’ai faites après la mort d’Evan. Je suis retombé dans le même état dans lequel nous nous sommes connues. Je descends doucement, petit à petit, vers le fond. Je continue à faire du mal autour de moi, que je le veuille ou non. Je ne trouve plus la force de me relever. Je me souviens encore de tes conseils, trouver des accroches, savoir t’entourer d’amis pour être soutenue. C’est ce que j’ai fait, tu sais. Mais… j’ai fait tellement d’erreurs. Je crois… que je suis en train de les perdre…

J’ai l’impression d’être revenue l’enfant turbulente et perdue que j’ai été par le passé. Les remontrances, les sermons, les réprimandes, les accusations. Des paroles aussi tranchantes que les épées forgées par papa. Elles résonnent, toutes, en permanence dans mon esprit. J’ai l’impression de n’avoir jamais grandie. Je suis et je crois que je resterais toujours une enfant, je ne serais jamais assez grande pour affronter ce monde que je ne comprends pas, qui ne me comprends. Tu as raison, j’ai acquise énormément de connaissances, de savoir, de techniques, mais cela est-il vraiment suffisant, Cynn. Je n’en suis pas certaine, il me manque l’esprit d’un adulte, l’esprit d’une personne raisonnable qui sait affronter les erreurs, et qui ne se renferme pas sur lui-même à chacun des obstacles trop compliqué à surmonter pour lui. Et je m’en suis rendu compte hier. ‘’ Puis-je te croire ? ’’ J’ai à nouveau le droit aux violents cauchemars que je t’ai si souvent narrés, aux crises d’angoisses qui me paralyse au fond de mon lit, les chagrins qui m’assèchent les paupières tellement de larmes coulent de mes yeux et cette douleur dans mon ventre, omniprésente, oppressante, destructrice qui reste toujours en moi. Mais ces dernières paroles, elles ont résonné toute la nuit dans mon esprit. Elles ont tournés, et tournés, et tournés, comme un tourbillon de lames, me tranchant un peu plus l’esprit à chaque passage. Cela m’as montré à quel point j’en suis arrivé, avec les paroles de Kyuuji, et me montrant que j’avais perdu sa confiance. Et il y aussi Gaëlle, que je n’arrive plus à cerner ces derniers jours. Elle se montre bienveillante, mais j’ai l’impression qu’elle revêt un masque face à moi, comme si elle ne s’adressait plus à la Asuka qu’elle avait connu auparavant.

Il y bien une promesse que je n’ai pas rompu, oui, Cynn. Celle de continuer à me battre quoi qu’il arrive. Je l’ai surement fêlé, fissurée, je te l’accorde. Mais je suis encore là. Et j’ai de nouvelles raisons de continuer le combat, différentes de la dernière fois.

Mais tu sais ce que je vis, Cynn. Tu sais la douleur que j’endure. Cette solitude oppressante. J’ai beau être entourée, je me sens seule, définitivement seule. Je cherche du réconfort, mais je ne sais pas où en trouver. Poséïdus m’en apporte une certaine forme, ma petite Aurora aussi, mais c’est différent de ce dont j’ai besoin. Et je crois qu’il n’existe plus personne qui pourra m’apporter ce que je recherche.

Je pensais que Kyuuji et Gaëlle aurait pu m’en apporter une partie, mais c’est maintenant de leur côté que leur bonheur vit, pas du mien… Mon cœur brûle…

Je t’aime Cynn.

Asuka

Unsplashed background img 2

7ème soleil de la 1ère lune ombrale

"On pleure mais on finit par sourire. Et tout en souriant on pleure."

Ma très chère Cynn.

Te souviens-tu de l’océan qui bordait nos terres, de cette immensité qui s’étendait à l’horizon, des vagues houleuses qui venait s’écraser contre les falaises, de la douce brise salée qui s’infiltrait dans nos narines quand nous allions à la plage. Moi je m’en souviens, mais je n’ai plus la même impression qu’auparavant. Je n’ai plus le sentiment d’être la petite fille assise sur le sable, les pieds trempé dans l’eau qui va-et-vient au gré des marées. Je suis ce soi-disant adulte, perdu dans l’océan, emportée au large par les vagues et perdant de vue les côtes. Je me perds, je ne trouve plus le chemin, et il fait si sombre tellement mon ciel est emplis de nuages noirs.

Et pourtant, aujourd’hui, un léger rayon de soleil a pu les traverser, pour venir délicatement caresser mon visage de sa lumière. Velemiah Derenart. Un jeune Ishgardais, Hyurois mais qui ressemble à s’y méprendre à un Hyurgoth tellement sa carrure est impressionnante. Je savais qu’il y avait quelques Hyurs qui vivaient dans la cité, comme ma grand-mère l’était, et pourtant, lors de mes visites, je n’en ai jamais croisé. Et pourtant, ils sont bien là, et c’est en le côtoyant ce soir-là que je me suis rendu compte à quel point je suis parfois aveugle à ce que je ne voulais pas voir. Etrangement, je me suis senti attiré à lui, comme si il avait été un aimant. J’ai toujours été attiré par les personnes curieuses, probablement parce qu’elles sont facilement impressionnable et ne tarissent jamais de compliments, ce qui n’est pas pour me déplaire. Mais dans son cas à lui, il y avait quelque chose en plus, quelque chose qui m’intriguais. Peut-être son côté mystérieux vis-à-vis de son passé, je ne sais pas. C’est après avoir rejoint quelques Songes, un peu à contrecœur dans la Villa, puis avoir été convié par Kyuuji au salon que je l’ai rencontré. Nous avons donc discuté, échangé, à propos des armes, des techniques de combats et de la magie aussi, surtout la mienne. Il a été fasciné par mes capacités et il a même pu profiter d’une démonstration. C’est alors que je me suis rendu-compte que je ne pensais plus à rien d’autre qu’à lui, comme si plus rien autour de nous n’existait.

J’avais l’impression de voler, d’être plus légère que tout. Tout ce qui m’oppressait ces derniers temps avait comme qui dirait, disparue, pendant un temps que je ne saurais donner. Mais comme rien n’est éternel, il a fallu redescendre sur terre. Et c’est l’arrivée de Gaëlle qui a provoqué ma chute…

Feignant l’ignorance, j’ai tout de même terminé ma conversation avec Velemiah. Il aurait été beaucoup trop irrespectueux de ma part que de laisser mes rancœurs s’interposés entre nous. Nous avons donc continué à discuter, abordant différents sujet comme les terres du nord, les soldats et leurs manières de vivre et d’obéir. Puis il fût l’heure pour lui de partir, et donc pour moi, n’ayant pas d’autres raisons de m’attarder. Je sais bien que je dois m’ouvrir aux autres, Cynn, mais comprends moi… Gaëlle et Kyuuji… Non, je suis désolée, mais je ne peux pas…

J’ai pu dormir, tu sais, cette nuit. Enfin, à peu près. Seulement quelques cauchemars sont venus perturber mon sommeil. Oui, j’ai pensé à lui. Et étrangement, il a pu guider mon esprit vers un sommeil plus tranquille, plus serein. Il y a des choses qu’on n’explique pas tu sais, Cynn.

Advienne que pourra.

Je t’aime Cynn.

Asuka

Unsplashed background img 3

8ème soleil de la 1ère lune ombrale

"Le courage consiste à dominer sa peur, non pas à ne pas avoir peur."

Ma très chère Cynn.

Je commence à avoir peur… J’ai eu une absence… Une véritable absence… J’ai beau fouillée ma mémoire, je n’arrive pas à me souvenir de ce que j’ai pu faire pendant les très longues heures qui sépare la soirée d’hier au matin d’aujourd’hui. J’étais assise à mon bureau, réfléchissant à diverses choses, travaillant sur mes projets en cours, fuyant au possible l’heure tant redouté du coucher, la lune illuminant doucement cette nuit noire et profonde d’hiver. Mais après, plus rien. Un vide complet. Pour ensuite me retrouver suite à ce qu’on pourrait appeler un réveil mais qui n’y ressemblait en rien dans un tout autre endroit, aux abords de la partie nord de la forêt, le soleil déjà bien haut dans le ciel. Qu’ai pu-je faire pendant tout ce temps-là. Je n’arrive pas à le savoir… Hormis les écritures en draconniques, que j’ai retrouvé tracée sur le mur de ma chambre, par mon propre éther de glace. Quand j’ai posé les yeux dessus, j’ai eu froid dans le dos. Est-ce vraiment moi qui ai pu écrire ça.

Mais il y a aussi la douleur qui a changé. Avant, c’était mon esprit qui souffrait, mais maintenant, c’est physiquement que je souffre. Je sens cette chose grandir en moi, comme si elle voulait prendre entièrement possession de mon corps. Quand j’étais enceinte d’Aurora, je sentais la vie grandit en moi, qui m’apportait des sentiments de bonheur et de sécurité. Et pourtant, maintenant, c’est l’inverse. C’est la mort que je sens grandir en moi, m’assaillant de culpabilité et de peur. Elle vit. Cette chose vit en moi. Mais elle est destinée à mourir, et à emporter tout ce qu’il y autour avec elle. Je perds de l’énergie, je me sens plus faible. Il y a des choses qui changent en moi. J’ai changée, en mal, et j’ai peur de m’en être rendu compte trop tard…

J’ai fait des erreurs. Oui, Cynn, j’ai vraiment fait de grosses erreurs. Mais je ne laisserais pas tomber, pas cette fois. On m’a demandé de me battre, alors je vais me battre. Et je vais trouver cette aide que j’ai besoin à mes côtés. D’abord m’excuser, puis ensuite demander de l’aide. Chaque chose en son temps. Il y a des gens importants autour de moi, d’autres moins, mais il y a certaines d’entre elles qui me sont chères. Ne me demande pas de qui je parle, Cynn, tu sais très bien de qui je veux parler. Je dois faire ma part des choses, rattraper ces erreurs.

Le temps du vrai combat va bientôt arriver, et je me dois d’être prête. Eux, et moi. Et si la fatalité m’impose de me battre seule, alors je me devrais d’être encore plus forte que jamais. Car je leurs ai fait une promesse, à tous, et je n’ai pas le droit de les décevoir.

Je t’aime Cynn.

Asuka

"Les paroles s’envolent, les écrits restent."
Proverbe Latin
Unsplashed background img 3