merge_type


Asuka Mitoriso-Orsa

Le blog RP des écrits d'Asuka


Unsplashed background img 1

29e soleil de la 1e lune astrale – Avant-pays Dravanien

Le soleil commençais a doucement embrasser l’horizon lorsque qu’Asuka arriva dans ces contrés qu’il avait accueilli par le passe. L’air été relativement doux pour la saison et sentait toujours aussi bon le parfum de la forêt aux Chocobos. Asuka traversa rapidement la Penne, sans prendre le temps de s’y attardé. Pas un mot, un bonjour à ces chasseurs et aventuriers qu’elle avait pourtant aidé plusieurs fois et qui semblait bien l’apprécier. Son visage ne rayonnait plus la joie qu’elle avait l’habitude de profiter, mais arborer maintenant un mélange de souffrance, de désespoir et de colère. Elle continua sa route, de son pas assuré, vers son refuge, Marroche. Un léger sourire se dessina sur son visage lorsqu’elle aperçue le dragon qui gardait l’entrée, mais il disparut bien vite, comme emporté par le léger courant d’air qui traversait cet abri de la tribu de dragons, entre ces deux falaises abruptes. Le crépuscule s’avançais, Asuka pénétra dans le refuge dans une douce pénombre orangée. Elle fît rapidement le tour de ses anciens camarades d’accueil, puis par le chef de la tribu pour lui expliquer sa situation et lui demander asile, ce qu’il accepta, lui disant qu’elle était toujours la bienvenue, qu’elle fessait partie de la tribu. Elle se dirigea vers le fond du refuge, ou un arbre solitaire avait été planté là il y a des années, s’élevant fièrement vers un ciel qu’il n’atteindrait jamais. Elle laissa glisser sa main droite sur l’écorce, recouverte de griffures profondes qu’elle avait fait elle-même. De nombreux souvenirs remontèrent en elle, de cet exil forcé qu’elle avait dû endurée. De nombreux sentiments se mélangèrent en elle également. Peur, colère, rage, nostalgie, désespoir, peine, douleur, amour, amitié. Elle se laissa glisser le dos le long du tronc, pour s’assoir. Les genoux pliés, elle y déposa ses avant-bras croisés, puis son front. Elle pleura, un long moment, s’isolant de ce monde qui l’entoure, pour s’enfuir dans le monde de ses pensées. Mais malgré ses pensées vagabondes, ses larmes s’écoulent le long de ses joues blanches, elle ne put ne pas distinguer cette aura éthérée si familière qui planait au-dessus d’elle. Ce long moment sembla s’étirer dans le temps, duquel Asuka c’était complétement détachée. Ce n’est qu’après avoir réussi à dissiper son chagrin qu’elle sentie une douce main éthérée se poser sur son épaule. Elle releva alors doucement la tête pour apercevoir la forme naturelle de Poséïdus qui semblait s’être accroupie auprès d’elle. Son regard se plongea dans le sien. Ils ne parlaient pas, ils se contentèrent juste de se regarder pendant un autre moment. Mais malgré tout, une chose était visible dans le regard d’Asuka, cette chose qui trahissait une de ses pensées les plus profondes.

"Comment un être créer pour la violence, la destruction et la guerre avait-il pu bien se prendre d’affection pour elle ? Et surtout, pourquoi ?"

Poséïdus s’assit à côté d’elle pour passer son bras autour de ses épaules. Asuka laissa doucement sa tête tomber sur cette épaule éthérée qui ne la laissa pas passer au travers, mais qui au contraire la retenais comme si elle était faite de chair. Cette main éthérée vint délicatement se poser sur sa blanche chevelure qui virevoltait doucement au grès de la brise, qu’elle se mit à doucement caresser. Asuka ferma doucement les yeux, se laissant emporter par le moment. C’est peut-être ce dont Asuka avait besoin en ce moment, de la douceur. Mais qui pouvait le-là lui offrir ? Sa femme Ceana, qui était encore un peu en froid avec elle, même si leur conflit c’était doucement apaiser. Son meilleur ami, Soban, qui avait complétement disparu depuis des mois déjà. Son ami Kyuuji, qui était phobique à tout contact féminin. Son amie Gaëlle, qui semblait relativement remontée contre elle ces derniers temps. Il n’y avait donc personne, hormis cet être, Poséïdus. Asuka s’enferma dans ses pensées. Ces mauvaises pensées qui la hantaient depuis des jours et dont elle n’arrivait pas à s’en débarrasser. Elle était désespérée, elle se laissait doucement couler vers un fond dont elle savait qu’il était impossible d’y remonter, elle savait qu’elle était embarquer dans cette spirale dépressive qui tourment tellement, encore une fois. Elle repensa à sa première véritable dépression, après la mort d’Evan. Elle repensa a tout ce qu’elle avait appris de cet épreuve, toute les leçons qu’elle avait pu donner suite à être réussit de s’échapper de tout ça. Mais qu’en était-il maintenant. Elle doutait, elle pensait que finalement, tout ceci n’avait été que mensonge et duperie. Qu’une fois prise dans le tourbillon, on n’en ressort jamais. Elle repensa alors aux difficiles et tranchantes paroles de Kyuuji. La sensation de douleur puis de soulagement qu’elle avait ressenti lors cette soirée, lorsque qu’elle avait dû réussir à se pardonner elle-même de tout ce passé douloureux. Mais l’avait-elle réellement réussi, ou tout ceci n’était qu’une nouvelle illusion qu’elle c’était créer. Elle ne trouvait plus la force de lutter. Elle savait qu’elle fallait qu’elle s’accroche, que des gens comptaient sur elle. Mais son désir inconscient de tout abandonner devenait de plus en plus fort et lui fessait perdre de plus en plus le désir de se battre. Elle se laissa bercer par les bras de son ami, jusqu’à ce que ses pensées fussent remplacées par le sommeil. Elle s’échappait à nouveau, pour une nuit cauchemardesque, presque aussi douloureuse qu’elle la nuit pendant laquelle elle c’était transformé physiquement. En plus des cauchemars, elle dû endurer les crises angoisses et les chagrin profonds. Saura-t-elle un jour se relever.

"Les paroles s’envolent, les écrits restent."
Proverbe Latin
Unsplashed background img 3